Mouchoirs en papier

2008

Est-ce qu’il y a de plus en plus de femmes avec leurs paquets de mouchoirs assises à même le sol ? Ou est-ce que mes yeux les voient mieux qu’avant ? Il y a aussi ceux qui vendent leur poignée de légumes, ou leur kilo de poisson sur le trottoir, et les plateaux de pains baladi portés à vélo sur la tête et posés par terre. A base de blé complet, de couleur grisâtre, ils ont l’air poussiéreux d’avance.Un soir, en février, j’ai croisé un vieil homme se traînant sur son buste tronqué dans la boue noire des rues de Mounira. Lui ai acheté un paquet de mouchoirs. La vente de mouchoirs en papier est une alternative à la mendicité. Sauf peut-être le vendredi où, au nom de Dieu, on vous tend une main vide.

J’apprends par J., français installé au Caire depuis douze ans, que les vendeurs de mouchoirs, comme les zaballins, sont exploitées par des maquereaux qui profitent des plus pauvres qu’eux. Donc, donner une livre ou deux, au lieu de cinquante piastres ne servirait à rien. Tant pis, je garde l’espoir que le gamin, ou le vieil homme, pourra s’acheter quelque chose avec le surplus.

 De plus en plus de manifestations contre la vie chère. Est-ce que ça peut éclater d’un moment à l’autre ? Voir tous ces êtres fatigués se lever et jeter des pierres ? Improbable ? Quand on doit se battre pour acheter du pain, quand il s’agit non plus de protestation, mais de survie, quand on perd sa dignité tout ne devient-il pas possible ?

 L’autre jour, à Alexandrie, je suis passée sans le savoir devant une de ces boulangeries où les gens faisaient la queue depuis 5 ou 6 heures du matin. Pour la première fois, les gens ont très mal réagi quand j’ai pris une photo. Ils en ont marre qu’on montre leur misère dans les journaux, marre qu’on les prenne en pitié sans rien faire pour que la situation change. Marre de voir qu’il y en a qui vivent comme des rois, qui marient leurs enfants à grands frais dans les hôtels de luxe (plus on dépense, plus on montre sa  classe), pendant que d’autres, petits fonctionnaires, ouvriers sur leurs échafaudages de fortune, policiers, touchent un salaire de misère. Et je ne parle pas de ceux qui vivent d’expédients, comme on dit. La vendeuse de mouchoirs, le bawab qui verse un seau d’eau dans l’entrée, le gamin qui trie le container à ordures le matin, le type qui crie « beeekia » dans la rue pour récupérer bouteilles vides et autres rebuts dont on est au moins sûr qu’ils seront recyclés.

 Un mot d’ordre de grève a été lancé sur Internet pour le 6 avril, deux jours avant les élections. A huit heures du matin, le jour J, des bataillons de policiers se mettaient en formation par paquets de trente, à l’angle de chaque boulevard, la matraque à la main. Comme des pustules noires sur l’immense marguerite de la place Tahrir. J’avais mon appareil photo à portée de main, mais je me suis défilée. Pas rassurant tout ça. Les rues étaient étonnamment vides pour un jour de semaine.

Je demande à un collègue égyptien :

– C’est pour quoi faire, tous ces policiers?

– C’est pour dire aux manifestants comment il faut manifester.

– Et il faut manifester comment?

– Gentiment.

Gentiment, ou pas du tout, l’aptitude d’un policier à reconnaître un manifestant gentil d’un fauteur de troubles semble plutôt limitée. Il n’y a donc pas eu de réelle manifestation au centre du Caire.

Et un policier qui doit faire la queue pour acheter du pain subventionné ? Est-ce qu’il serait plus enclin au dialogue ?

C’est juste une question, je n’ai pas la réponse.

Cireur de chaussures consultant les messages reçus sur son portable…

2 Réponses vers “Mouchoirs en papier”

  1. Nagui said

    Là, je ne peux rien ajouter. Tu as raison pour tout ce que tu dis. à ça, moi non plus je ne m’habituerai jamais. Même en tant qu’egyptien j’ai du mal à accepter cette réalité!

  2. josiane said

    pour les mouchoirs moi ,je donne une livre et ne prend pas le paquet !
    quand aux manifs elles sont interdites (etat d’urgence reconduit pour encore deux ans )
    les brigades anti-emeutes sont là pour les empécher y compris avec violence !ils n’ont pas d’états d’âmes ceux là !
    moi non plus je ne m’y fait pas mème aprés 15années de vie ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :