Petits commerces

2008

J’ai découvert récemment sur le boulevard Kasr El Eini, où je passe tous les jours depuis des mois, une minuscule boulangerie qui ne paye pas de mine. On a l’impression de pénétrer directement dans la pénombre du fournil. A gauche un petit comptoir, à gauche les grilles sorties du four, qui occupe le fond de la pièce de 3 mètres sur 4 environ. Un type édenté mais avenant propose des petits pains briochés, des longuets au sésame ou fourrés aux dattes, et des croissants chauds au fromage ou nature. Pour l’équivalent d’un euro, j’achète quinze petits pains et  un demi- kilo de longuets fourrés aux dattes ou à la mangue. Le boulanger, tout sourire et dent branlante, affiche ses prix et fait le même tarif à tout le monde. Entre deux clients, il lit le journal sur le trottoir. Pour toutes ces raisons (à part la dent branlante), je suis devenue une fidèle cliente.

Plus loin, dans une ruelle encombrée de Garden City, c’est la petite marchande de légumes sur son bout de trottoir. Je lui achète de temps en temps les légumes coupés en morceaux qu’elle prépare tranquillement en attendant le client, et met en sachets prêts à congeler. Les meilleurs ce sont les petits pois fraîchement écossés. J’ai toujours eu un faible pour les petits pois frais, qui entraient dans la composition de la jardinière de légumes que ma mère cuisinait tous les printemps. Elle y plaçait une longue feuille de laitue, suprême fantaisie.

Petits légumes, pain, et bananes achetées au marchant ambulant à l’angle de la même rue composent l’essentiel de mes repas. J’ai renoncé à la viande, même si une belle boucherie exhibe ses chapelets de saucisse (de mouton) et des quartiers entiers à l’entrée de Garden City. Le souvenir du troupeau destiné au sacrifice du Grand Bairam me hante parfois. Pauvre petit chameau égaré parmi les moutons.

En face de la boucherie, un étalage de fruits et légumes tenus par deux propriétaires différents en galabeyya brune et grise : boutique commune, balance commune, mais caisses séparées. Là, le plaisir de se servir soi-même est amoindri par la nécessité de vérifier la facture, qui a tendance à doubler si on oublie d’être vigilant. Payer un peu plus ne me dérange pas, mais ce qui est désagréable, c’est d’être prise pour une imbécile. Et de ne plus avoir envie de sourire quand on achète des fruits frais.

Avec un arrêt de temps en temps à la toute petite superette en contrebas de la ruelle, où on trouve même des plaques de chocolat Nestlé 75% de cacao, voilà le problème du ravitaillement résolu.

 

En évitant les taxis fous et en restant résolument piétonne.

NB : si vous voulez en savoir plus sur les petits commerçants de Garden City et de Sayeda Zeinab, consultez le blog www.omarlecheriaucaire.wordpress.com, réalisé par des enseignants des écoles publiques pendant une formation avec l’Association Omar Le Chéri.

5 Réponses vers “Petits commerces”

  1. Stéphane said

    Bonjour, je suis heureux d’apporter ma pierre sur un sujet que je connais ! La feuille de salade dans la jardinière de petits pois à n’est pas une fantaisie de mère aimante mais un impératif afin d’ajouter une pointe d’amertume dans un plat autrement trop doux, voire trop sucré.
    Si les petits pois sont cuits à l’étuvée et non à la vapeur, quelques doigts de lards fumés apporteront de la profondeur à ce plat. Evidement cuisine vapeur et lard sont encore plus antinomiques que lard et Egypte.

  2. Jo said

    Voilà des photos et des coms qui font que j’aimerai tjrs l’Egypte et tous les occasions seront bonnes pour y revenir.
    Tout à fait d’accord pour le lard fumé dans les petits pois.
    Bon dimanche

  3. bsaouter said

    Bon alors d’accord, j’admets que la feuille de laitue n’a rien d’une fantaisie, et que c’est peut-être pour cela que mes jardinières de légumes sont toujours décevantes : j’oublie la feuille de laitue…

  4. Colette said

    Dans toutes les recettes de jardinière et surtout les petits-pois, il faut ajouter des feuilles de laitue.

  5. josiane said

    et du lard fumée (on en trouve chez Morcos ,au marché Tufeykia centre ville )et du jambon et cotelettes de porc!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :