L’amélioration du trafic

2008

On apprend dans Al Ahram Hebdo du 19 mars, mais on l’avait déjà pres-senti (senti de près), qu’il y a 148 000 taxis au Caire. Par un système de prêt facilitant l’achat de véhicules neufs fonctionnant au gaz naturel, le Ministère de l’Environnement espère en remplacer 40 571 qui sont antérieurs à 1980. On admire la précision des chiffres.

Durant la première année du projet, 1100 taxis ont été retirés de la circulation. A leur place circulent des taxis de même couleur réglisse-menthe, mais équipés d’une bonbonne de gaz et d’un compteur. A ce rythme, dans moins de 40 ans, toutes les épaves ambulantes auront disparu du Caire, mais il faudra alors s’attaquer à ceux qui seront à leur tour devenus des épaves. Ce que l’histoire ne dit pas, c’est qu’en 1970, le gouvernement avait, paraît-il, autorisé tous les vieux véhicules à se transformer en taxis.

 

Et puisqu’on parle chiffres, que penser des conclusions de cette étude japonaise qui, analysant l’évolution de la circulation au Caire, montre qu’il y a cinq ans, on y roulait à 40 km heure en moyenne, aujourd’hui à 20 km heure. Dans cinq ans ? Faites le calcul. Excellent exercice à proposer aux enfants de primaire. Ajoutez-y cet autre petit problème : le nombre d’automobiles a été multiplié par 18 en 40 ans, alors que le nombre de routes a été multiplié par 4. Sans compter le nombre de piétons découragés de marcher, qui achètent une voiture  pour être en sécurité. Quant aux transports en commun, j’avoue mon manque de citoyenneté.

«  Chers amis, tout va bien, je fais deux tentatives de suicide par jour, une le matin, et une le soir, en traversant la grande avenue pour aller au travail », écrivait mon amie G. à ses amis  avant de s’acheter aussi son armure de tôle.

Pour illustrer cet énoncé un peu sec, voici un extrait du roman d’Albert Cossery, Les couleurs de l’infamie :

« Dans cette ambiance sauvagement perturbée, des voitures fonçaient comme des engins sans conducteur et sans souci des feux de signalisation, transformant ainsi pour le piéton toute velléité de traverser la chaussée en un geste suicidaire. (…) Des tramways couverts de grappes humaines comme dans un jour de révolution s’ouvraient à une allure rampante un passage sur les rails encombrés par la masse d’une populace depuis longtemps rompue à la stratégie de la survie. Contournant avec obstination tous les obstacles et les embûches dressés sur son chemin, cette populace poursuivait son périple dans les méandres de la ville investie par la décrépitude au milieu des hurlements  des klaxons, de la poussière, des déchets et des fondrières sans donner le moindre signe d’agressivité ou de protestation ; la conscience d’être simplement  vivante semblait annihiler en elle toute autre considération. De loin en loin arrivait, diffusée par les haut-parleurs, comme une rumeur de l’au-delà, la voix des prédicateurs aux portes des mosquées. »

 

Voilà qui résume assez bien mon état d’esprit, certains matins où, assommée par l’air aussi lourd qu’une enclume, je m’achemine cahin-caha vers mon lieu de travail. Mais, bravant tous les dangers, je suis et resterai résolument piétonne, car il n’y a qu’en marchant qu’on voit les choses de près. Le jour où mon blog aura muté en « Piétonne Cairote intoxiquée », vous pourrez vous inquiéter pour moi…

4 Réponses vers “L’amélioration du trafic”

  1. josiane said

    aller courage !c’est bientot la fin ,tu vas retrouver l’air des montagnes !

  2. Stéphane said

    Effectivement braver quotidenement les rues du Caire pour nous offir ces notes démontre un dévouement dont peu seraient capables d’autant que cet article démontre une grande lucidité des dangers encourus.

  3. cath said

    et quel plaisir de relire Cossery …

  4. Colette said

    Merci Bénédicte
    En ce 23 juin 2008, je découvre Albert Cossery.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :