Foul et mouloukhieh

2008

Parfois, le midi, on va acheter à manger dans un petit restau de Mounira, des pains baladi garnis de foul, une salade de babaghanough et du yaourt au concombre. Et on va consommer notre pique-nique à la terrasse, disons plutôt au trottoir, d’un café voisin ou à l’ombre d’un autre, sur Kasr El Eini.

On prend un thé ou un lait fermenté, A. fume sa chicha, S. nous raconte un épisode de sa vie mouvementée, Anne et moi, on écoute. Souvent une heure se passe sans qu’on s’en rende compte, dans la fumée des chichas et le ronflement des ventilateurs.

 Gamal Ghitany, dans son dernier roman, écrit un chapitre entier, intitulé « Saveurs », sur ses souvenirs gustatifs. Le foul fait partie de ceux-là, comme il fera partie des miens :

«  Ce foul-là possédait une saveur différente de tous les autres. Pour que le plaisir soit complet, il fallait que les fèves fussent accompagnées de ce pain fraîchement cuit qu’on appelle communément le baladi. C’est ce pain qui accompagne le mieux la moloukhieh et les plats en sauce, surtout si l’on en détache un morceau et qu’on le modèle à sa guise – il y aurait là matière à un long développement, qui toutefois n’a pas sa place ici. Pour peu que l’on combine le pain baladi juste cuit avec le foul, on obtient une union parfaite, un mariage des plus harmonieux. »

 Il y aurait encore beaucoup à dire sur la mouloukhieh, soupe d’herbe inconnue de moi, mais dont chaque garçon parle avec délectation. Rien ne vaudra jamais « la mouloukhieh de ma maman », disent-ils tous.

3 Réponses vers “Foul et mouloukhieh”

  1. josiane said

    comment tu n’a pas encore gouté la mollokhieh !
    c’est aprés le foul le plat nationnal !
    si il y a le temps entre ton retour et mon départ je connais un restau sympa ou elle est faite au bouillon de lapin ,un délice !

  2. Catherine Dimitri said

    Mariée à un égyptien expatrié et de passage au Caire prochainement, je serais très heureuse d’avoir le nom et l’adresse du restaurant où l’on déguste la « moullou » au bouillon de lapin signalé par votre amie Josianne.
    Merci pour vos billets qui me rappellent tant cette ville.

  3. bsaouter said

    Le restau s’appelle Hamam, du côté de Midan Orabi, au centre ville. Si vous ne trouvez pas, posez la question sur le blog de Josiane :Ballade égyptienne. Je n’ai pas eu le temps d’y aller, alors dites-moi comment c’était, pour mon prochain passage au Caire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :