Pollution et santé

2008

Suivant de près la croissance économique démarrée en 2005, le marché égyptien de l’automobile s’emballe : selon les chiffres du Département général du trafic du ministère de l’Intérieur, les ventes de voitures ont augmenté de 154% depuis 2002. En 2006, le nombre de véhicules immatriculés en Egypte atteignait 4,1 millions, dont 48% de voitures privées.

Selon les professionnels du secteur, la croissance ne ferait que démarrer et tous les facteurs d’un véritable boom sont réunis. Car avec un ratio d’une voiture pour 36 habitants, le taux de motorisation reste encore très faible. On n’arrête pas le progrès…

Quand on sait que la pollution de l’air est due pour 26% aux véhicules, avec une augmentation de 10% par an, que 60% des véhicules en circulation ont plus de 10 ans, que dans cinq ans, si tout va bien, on roulera à zéro kilomètres heures autour de la place Tahrir, il n’y a pas vraiment de quoi rire, sans mauvais jeu de mots.

Vous voulez savoir ce que contient l’air du Caire? Les mesures existent, beaucoup préfèrent juste ne pas les connaître. Si vous êtes de ceux-là, vous pouvez arrêter de lire ici.

Sachez d’abord que les normes égyptiennes sont plus tolérantes que celles de l’OMS sur beaucoup de polluants. Voici donc quelques données :

Les concentrations en dioxyde d’azote dépassent les limites fixées par l’OMS dans plus de la moitié des stations de mesure, la concentration en plomb dépasse partout les limites fixées par les normes égyptiennes, ainsi que celle des particules fines dans l’air. Lors des pics de pollution, qu’on appelle pudiquement le nuage noir, on respire dix fois plus de particules polluantes que la dose maximale fixée par l’OMS.

Ce ne sont que des chiffres, certes, mais ils font peur. On sait que l’augmentation des maladies cardiaques et respiratoires est due à la pollution, que le plomb dans l’organisme fragilise le système immunitaire, les reins, le foie, les vaisseaux sanguins, qu’il provoque des maladies neurologiques.

 « Qu’est-ce qu’on peut faire ? » répliquent les collègues à qui je confie mon inquiétude et souvent mes malaises bien réels. Sous-entendu : «  Il n’y a rien à faire ». Je sais qu’il y a des problèmes plus immédiats à résoudre, mais la pollution, comme la malnutrition et la pauvreté, a un effet direct sur la santé et l’espérance de vie.

Mais d’où vient la pollution de l’air?

36% provient de l’incinération des déchets à l’air libre, en dehors de tout système de retraitement, et le problème croît avec l’augmentation de la population.

36% émane des rejets des industries situées à proximité du Caire ou même au cœur de zones habitées.

26% est due aux véhicules, comme mentionné plus haut, et ce chiffre ne fait que croître.

6% provient des déchets agricoles, à certaines périodes de l’année, ce qui produit des pics de pollution.

Mais alors, que faire ? Envoyer à la casse toutes les voitures pourries ? Devenir piéton ?  Militer pour l’installation de stations de traitement des déchets ? Ce qu’on observe surtout, c’est la fuite, solution la plus facile, à condition d’en avoir les moyens. Les plus riches désertent le centre ville vers de nouveaux quartiers qui poussent dans le désert comme des champignons. Le Nouveau Caire, le 6 octobre, et bien d’autres. J’en ai vu un, l’autre jour encore, à l’état embryonnaire, qui portera le doux nom de «  Le rêve ». Parions que dans cinq ans, une petite ville sera née. Des dizaines de petites villes seront nées. Et que restera-t-il au centre du Caire ?

PS : il existe tout de même quelques ONG et associations qui tentent d’agir avant qu’il ne soit trop tard : CEDARE, AOYE (arab office for youth and environment), d’autres sans doute, à signaler par vos commentaires.

2 Réponses vers “Pollution et santé”

  1. Colette said

    Bénédicte, je regarde ton blog le 2 Septembre !
    Pollution ? Tu retrouveras la campagne, les montagnes et le lac Léman ! Plus le même pollution !
    A bientôt de te rencontrer.

  2. bsaouter said

    C’est vrai, je viens de rentrer, mais cet article a été écrit en mai. Finalement, ces trois dernières semaines au Caire auront été très agréables, malgré la chaleur, car beaucoup de cairotes sont en vacances, donc le taux de pollution est bien moindre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :