Le Caire-Louxor-Assouan

2010

La gare est à deux pas de la station de métro Guiza ; on y accède par une passerelle qui mène aux quais. Des groupes de touristes attendent le train couchette, le plus souvent avec un guide. En queue du convoi, deux voitures sans couchettes accueillent surtout des jeunes avec sacs à dos, ce qui me rajeunit de 25 ans. A première vue, pas de télé hurlante, c’est bon signe, et la forte majorité d’étrangers laisse espérer une utilisation modérée des téléphones portables. Tout le monde s’installe pour la nuit, sac de couchage ou couverture légère, bouchons d’oreilles et bandeau pour les yeux. J’ai moi aussi été informée par trois sources différentes qu’il fallait se méfier de la clim, sauf quand elle est en panne.

Je vérifie mon billet une dernière fois : il y est bien marqué Le Caire – Assouan, alors que j’avais demandé un aller pour Louxor. Qu’à cela ne tienne, me dis-je, je n’aurai qu’à descendre à Louxor.

Avec mes bouchons d’oreille et mon bandeau, je dors tellement bien que je me réveille à 6h30 alors que le jour est déjà levé. Le train est à l’arrêt et j’aperçois une inscription sur un mur, qui ne ressemble pas à Louxor. Mon esprit encore embrumé peine à déchiffrer les lettres qui composent  le mot Edfou. Tout le monde dort encore. Je réalise peu à peu que le temple d’Edfou est situé entre Assouan et Louxor, et que par conséquent, le train a dépassé Louxor, et que personne dans le wagon n’y est descendu. Voilà donc une occasion de passer une journée et une nuit à Assouan, où je ne suis pas retournée depuis plusieurs années. J’utilise les deux heures qui restent à consulter mon guide, après avoir repéré un ou deux hôtels de catégorie moyenne pas trop loin de la gare.

Arrivée à Assouan à 9h00, je commence par m’informer à l’office du tourisme qui jouxte la gare des départs pour le lendemain. Le bureau est vide mais cinq minutes plus tard, un homme traînant les pieds réagit à mes raclements de chaussures sur le sol. Je lui explique ma méprise. Il me répond, lapidaire :

– Un train pour Louxor à 15h00 et un autre à 18h00. Le trajet dure 3 heures, vous prenez le billet dans le train.

Il a l’air tellement sûr de lui que je choisis de le croire. De toute façon, il a déjà tourné les talons.

Je découvre Assouan par la rue du souk où les commerçants s’installent. Presque trop propre pour être qualifié de souk. Quelques hommes s’avancent pour me renseigner, mais je préfère avancer jusqu’au quartier de l’hôtel que j’ai repéré. Finalement, je dois rejoindre les bords du Nil pour essayer d’identifier une rue principale portant un nom. C’est un felouquier qui m’amène à la porte de l’hôtel Keylani tout proche. Ouf, il y a de la place, ouf une chambre se libère bientôt. J’ai hâte de poser mon sac et de prendre une douche. En attendant, je m’installe sur la terrasse où je bois un thé. C’est une très jolie terrasse meublée de fauteuils et de tables en lamelles de canne à sucre. A un angle vient d’être installée une piscinelle surélevée, bienvenue les après-midi de grosse chaleur. En quittant les lieux quarante minutes plus tard, j’ai dessiné mon programme pour la journée, et oublié sur le siège  mon appareil photo, que le jeune serveur me rapporte illico à l’accueil.

L’hôtel est un peu vétuste, les boiseries fraîchement repeintes peinent à cacher leurs craquelures, mais il est impeccable de propreté, et, miraculeusement, la douche et la chasse d’eau fonctionnent « normalement ».

Remerciant ma bonne étoile, je me prépare à rejoindre le ferry pour visiter sur l’autre rive les tombeaux des Nobles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :