Sakkara club

2011

Le Sakkara club ne ressemble à rien d’autre qu’à une piscine entourée de pelouses et de bâtiments en construction, autour de laquelle se réunissent les gens de bonne compagnie. Des serveurs aux gestes lents, exercés à ne pas importuner le client par une sollicitude trop appuyée,  vous servent à boire et à manger.

On peut y faire, quand on est lassé de la piscine, une balade à cheval dans les dunes toutes proches, ou un tour en squad pétaradant. Désolant de platitude et d’ennui.

Je comprends qu’on puisse y trouver un dérivatif au bouillonnement du Caire, je sais qu’on y vient pour y reprendre sa respiration après une semaine d’empoisonnement à l’oxyde de carbone, je sais tout cela et pourtant j’ai envie d’être ailleurs, pourquoi pas tout simplement à Sakkara, dont le site est visible depuis le club ? Je m’attarderais dans son  très beau musée bien climatisé, et de nouveau, j’irais me rafraîchir à l’ombre des mastabas de Ti et de Mererouka, dont les fresques révèlent à chaque visite un détail qui m’avait échappé. Je caresserais discrètement la main rouge de l’homme aux longs doigts.

Décidément, je ne suis pas faite pour ces lieux, je ne suis pas à l’aise dans ce monde-là, qui est celui de la maîtrise des codes, de l’aisance sociale, de l’étouffoir des émotions. Cette impression toujours de jouer un rôle dans une pièce de Feydeau. Le seul rôle que j’aie joué dans une pièce de Feydeau, c’était celui de la bonne alsacienne dans « Feu la mère de Madame ». Je faisais beaucoup rire, avec ma charlotte sur la tête. Comme pour me rappeler que je n’appartiens pas au cercle des héritiers. Mais à l’inverse de ma mère, qu’une incursion dans « ce monde-là » paralysait de frousse, je me moque bien de me prendre ou non les pieds dans le tapis, comme du regard des autres. Il restera toujours assez d’êtres libres pour que je me passe de l’estime de ceux qui préfèrent juger sur les apparences.

Au Sakkara club, il y avait aussi un vol d’ibis blancs sur fond de palmiers et de pelouse bien verte.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :