A l’aéroport du Caire, c’est la file d’attente, avant même le hall du Terminal 1. Seuls sont autorisés à entrer ceux qui prennent l’avion. Des policiers bloquent l’entrée, vérifient les billets. La foire d’empoigne habituelle, en forme d’entonnoir boursouflé par les resquilleurs de tous les côtés. Je pousse résolument le nez de mon chariot, sans ménagement pour les voisins. J’ai bien appris mes leçons de survie au Caire. Lire le reste de cette entrée »