guizasphinxtouristes2

La première fois que je suis allée voir les pyramides, un samedi matin vers 9h00, j’ai pris un taxi sur la corniche et demandé Al Ahram, ce qui veut dire « la » pyramide. Or il y en a trois, et même plus si on compte celles des reines, épouses de Kheops et de Mykerinus. Si bien qu’ignorant le pluriel de pyramide, j’ai dû le répéter en anglais, et me suis retrouvée une demi-heure plus tard face au sphinx, après un petit détour par les vendeurs de tours de chameaux et de balades à cheval. J’avais tout mon temps. C’est le privilège du touriste indépendant. Lire la suite »

14 mars 2008

Entrée par le Sphinx, où des grappes de touristes s’acheminent vers la rampe qui s’élève jusqu’à l’encolure de cet animal mythologique, pour redescendre de l’autre côté, harcelés par d’autres grappes de gamins vendeurs de cartes postales possédant les trois mots d’anglais indispensables : « one euro », «  postcard » et « give me ». Lire la suite »

 

Après quatre mois au Caire, je me décide enfin à aller aux Pyramides. Prends un taxi jaune sur la place Tharir. Trouvant la course peu rentable, je suppose, le chauffeur me fait faire le grand tour par l’entrée du Sphinx, où un type entre dans la voiture pour me proposer je ne sais quoi. Lire la suite »